Je vois souvent poindre à l’horizon des demoiselles en détresse, se demandant ce qu’elles peuvent