Hello mes Harmonieuses,

En ce joli dimanche, je viens vers vous pour vous parler d’un sujet toujours délicat : votre poids. J’ai cru remarquer que mon article sur l’application Le secret du poids que vous retrouverez ICI fait partie des articles les plus lus et prisés du blog ! J’en conclus donc que ce sujet vous intéresse tout particulièrement.

Qu’est-ce que stabiliser et pourquoi le faire ?

Tout naturellement, stabiliser son poids veut dire réussir à garder le même poids sur du long terme et ce, après une phase de régime ou de prise de masse. C’est-à-dire que, dans le cas d’un régime ou d’un rééquilibrage alimentaire, vous aurez perdu du poids (et bravo à vous !). Mais, vous ne pourrez pas en perdre indéfiniment. Premièrement pour votre santé et, deuxièmement, si vous reprenez une façon de manger du genre « je-m’en-foutiste », vous aurez tendance à reprendre du poids (et ça, c’est contraire à l’objectif).

De la même manière, si vous sortez d’une période de prise de masse, il faudra aussi vous arrêter à un moment ou à un autre et vous pourriez avoir tendance à perdre les kilos fraîchement pris si vous reprenez une alimentation égale à celle avant votre prise de masse.

Tout est une question de métabolisme et de prise de calories. Après, je vous avoue que personnellement je ne compte pas ce que je mange (ayaaaaa elle dit quelque chose qu’elle fait paaaaas, au bûcher !) mais si je ne le fais pas, c’est justement parce qu’avec l’expérience, j’ai appris à connaitre mon corps. Je sais que la manière dont je m’alimente ne me fait ni prendre ni perdre de poids. Mais je sais aussi que la manière dont je m’alimente ne me permettra pas d’avoir le fameux six packs ! Pourquoi ? Parce que là, il est clair que je ne suis pas encore assez assidue. Pourquoi encore ? Parce que je n’ai pas encore passer la barre du « j’ai envie de TOUT compter et TOUT regarder » (oui oui, vous n’êtes pas seul).

Cependant, il vous faudra un minimum passer par là pour prendre conscience de ce que vous mangez et pour apprendre à connaître votre corps.

Comment faire du coup ?

Chaque organisme et, de ce fait, chaque personne a ce qu’on appelle un métabolisme basal. Il s’agit là d’un certain nombre de calories que votre corps brûle AU REPOS, c’est-à-dire sans rien faire (en faisant la moule dans votre canapé). C’est en fait le taux de calories utilisé par votre corps pour se maintenir en vie.

A partir du moment où vous faites quelque chose de votre vie : vous marchez, vous travaillez, vous faites du shopping, vous faites du sport, bref n’importe quoi, vous perdez plus de calories. En effet, votre corps devra brûler et ce qu’il a besoin pour vivre et ce qu’il a besoin pour faire ce que vous lui demandez de faire.

Du coup, chose TRÈS IMPORTANTE, vous devez au GRAND MINIMUM manger plus de calories que votre métabolisme basal. C’est une nécessité pour le bon fonctionnement de votre corps. Vous ne pouvez pas lui demander d’être beau, d’être fit, de tenir la cadence, de ne jamais être blessé ou encore d’être toujours au sommet de sa forme si, en contre partie, vous ne lui donnez pas les possibilités de l’être. Votre corps a besoin de carburant et ce carburant, il le trouve dans votre alimentation. Prenez l’exemple d’une voiture, elle ne vous emmènera pas en vacances si vous ne lui donnez pas d’essence et elle ne vous sera d’aucune utilité au quotidien si vous n’en prenez pas soin (quelle belle métaphore). Votre corps, c’est un peu comme votre voiture sauf qu’il est prioritaire sur bien des points. Vous comprendrez donc que les régimes à moins de 1000 calories par jour ne vous seront D’AUCUNE UTILITÉ à moins de vouloir bousiller votre métabolisme.

De plus, vous bougez pendant votre journée, vous allez d’un point A à un point B, vous vous faites à manger, vous sortez votre chien, vous allez travailler etc. Donc au final, vous devez manger PLUS que votre métabolisme basal. Car vos calories pour arriver à votre métabolisme basal serviront à faire vivre votre corps (respirer, digérer, réfléchir, tout quoi) mais ce dernier en aura besoin de plus pour bouger ! Et si vous ne les lui donnez pas, vous n’arriverez pas à faire tout ce que vous voudrez faire. Vous allez être fatigués, vous n’allez pas réussir à vous concentrer, vous pourriez éventuellement avoir des nausées, bref chacun réagira à sa propre manière mais votre corps vous le fera sentir.

Résumons ceci par le fait que vous devez ingérer un nombre de calories que l’on appelle le métabolisme de maintien. C’est le terme utilisé pour la stabilisation. C’est-à-dire que ce métabolisme de maintien représente le nombre de calories dont vous avez besoin pour vous maintenir comme vous êtes en vivant tout simplement et en faisant autre chose que la moule dans votre fauteuil.

  • Quel calcul pour obtenir ces données ?

Votre métabolisme dépend de plusieurs critères : votre taille, votre poids, votre âge et votre niveau d’activités. Effectivement, en fonction de ces éléments, votre corps réagit différemment. Les plus jeunes auront tendance à perdre plus vite que les plus âgés et les plus grands par rapport à leur poids auront un résultat différent que les plus petits (c’est assez logique). Votre niveau d’activité, quant à lui, aura un impact considérable puisque vous aurez besoin de plus ou moins de calories en fonction de ce que vous faites avec votre corps (non non je n’ai pas besoin de le savoir).

Je vous place un site sur lequel vous pouvez calculer votre métabolisme juste ICI. Vous cliquez sur le lien et vous répondez au mini questionnaire. Vous tomberez sur ce genre de résultat :

Métabolisme de base : 1530

Activité physique : 841

Besoin total : 2371

Vous découvrez donc votre métabolisme de base (1530 cal/jour chez moi) qui représente le grand minimum a consommer pour que votre corps subvienne à ses besoins. Vous découvrez également votre besoin total, autrement appelé métabolisme de maintien (2371 cal/jour chez moi) qui vous donne plus ou moins le nombre de calories dépensé dans l’ensemble de votre journée.

Concrètement, à partir de ces données, c’est assez simple de stabiliser votre poids à partir du moment où vous mangez les bonnes choses. Connaissant votre métabolisme, vous pouvez tâtonner autour sans que votre poids ne change. Vous donnerez autant de calories à votre corps qu’il en brûlera tout au long de sa journée. Aucune raison de prendre ou de perdre du poids.

Attention, nous parlons bien ici du chiffre sur votre balance ! Il faut bien faire la différence entre ce chiffre et l’allure de votre corps elle-même. Vous pouvez ainsi faire 55kg sur votre balance et en paraître plus que quelqu’un qui fait 70kg… (ainsi va la vie). Ceci est une question de masse musculaire et de masse graisseuse. Le muscle prenant moins de place que la graisse pour un même poids.

Votre balance ne sera pas votre alliée (que du contraire). Toutefois, je sais que ce chiffre joue un rôle psychologique majeur dans la confiance et l’acceptation de soi… surtout dans notre société actuelle !

Pourquoi manger peu de calories est mauvais et tout bonnement inutile ?

Alors, je sais que c’est généralement ce que la plupart des gens font pour maigrir ! On se dit « hop, j’entre dans un régime, je ne mange plus rien pendant deux semaines voire plus. ». Je ne vous blâme pas, je suis passée par là aussi et c’est assez normal de se diriger vers ça quand nous n’avons aucune notion. Cependant, après diverses recherches et expériences, je vous assure que ce n’est PAS la bonne option.

  • Pourquoi ?

Alors tout simplement car notre corps est bien plus intelligent que nous le pensons (il ne se laisse pas entourlouper aussi facilement le coco). Il est évident que vous allez perdre, c’est une conséquence tout à fait logique au fait de diminuer ce que vous mangez. Donc oui, d’office, vous allez perdre même TRÈS RAPIDEMENT (de l’ordre de 1 à 2kg voire plus par semaine). Où est le problème ? me direz-vous. Et bien, le problème, c’est que vous ne lui apportez plus assez et votre corps s’en rend bien compte.

En conséquence, votre corps va passer dans un mode famine (famine turn on). Il va avoir l’impression de devoir survivre et pour survivre, il va réduire un maximum ses dépenses. Ceci veut dire qu’il va brûler le moins de calories possible pour pouvoir se concentrer sur les choses essentielles : respirer, digérer, réguler sa température… (les choses vitales quoi). Pendant le régime, cela passera plus ou moins inaperçu puisque votre corps ira dans le sens de votre objectif : une perte de poids. Vous serez contents (et je vous comprends parfaitement). Néanmoins, vous ressentirez peut-être une certaine fatigue ou aurez peut-être du mal à terminer votre séance de sport car votre corps se concentrera tellement pour survivre qu’il n’aura pas l’énergie de faire autre chose.

Le problème va plutôt se ressentir après votre période de régime ou si le régime dure trop longtemps. Effectivement, quand ils arrêtent, les gens reprennent généralement leur alimentation pré-régime ! Ils se sont privés pendant tant de jours que OUI le dessert au chocolat, la raclette et les chips leur sourient (ET QUOI DE PLUS NORMAL ?).

Cependant, votre joli corps s’est habitué à cette situation de famine et, du coup, qu’a-t-il fait pendant cette période ? Il a réduit ses dépenses. Et cela s’est répercuté sur quoi ? Sur votre métabolisme… Vous l’aurez compris, si votre métabolisme est bas à cause de ce régime et que vous reprenez une alimentation normale, vous mangerez trop de calories par rapport à ce qu’il dépense. Et vous reprendrez du poids (tous ces efforts pour rien).

On entend très souvent que l’on reprend le double de ce qu’on a perdu. Ce n’est pas une phrase conçue juste pour le plaisir d’être contre les régimes. Malheureusement, c’est très souvent la vérité. Votre métabolisme est tellement descendu qu’il frôle les pâquerettes quand vous terminez votre régime.

EXEMPLE : Vous mangiez à peu près 2500 calories par jour avant votre régime. Votre métabolisme de maintien était, à ce moment, à 2200 calories. Votre corps brûlait donc 2200 calories par jour, un peu moins que ce que vous consommez, raison pour laquelle vous avez pris un peu de poids et que vous souhaitez perdre quelques kilos. Vous décidez donc de faire un régime draconien (pour entrer dans votre joli bikini). Vous diminuez votre alimentation et ne mangez plus que 800 calories par jour (un micro petit-déjeuner, presque rien à midi et un bout de viande maigre et quelques légumes le soir). Votre corps se met alors en alerte et réduit drastiquement votre métabolisme à…. disons 1100 calories par jour. Vous perdez donc rapidement étant donné que vous consommez 300 calories de moins que ce que votre corps brûle.

Puis hop, ça y est vous avez perdu les 5kg qui vous empêchaient de dormir, chouette ! Plus besoin de faire régime ! Vous reprenez donc une alimentation plus normale. Disons que vous remontez à 2200 calories par jour (on y est vite : 600 calories par repas et quelques calories pour les collations). Une alimentation équilibrée vu que vous aviez un métabolisme de 2200 calories avant votre régime ! Mais… entre temps… il y a eu ce régime et cette réduction de votre métabolisme à 1100 calories par jour. Vous vous retrouvez donc à consommer 1100 calories de plus que ce que vous brûlez quotidiennement ! Même si vous réduisez, 1100 calories restent très insuffisantes pour vivre normalement hors régime.

Alors concrètement, comment augmenter mon métabolisme ?

Il existe plusieurs astuces pour augmenter votre métabolisme si, d’une part, vous êtes passés par une série de régimes restrictifs ou, d’autre part, si vous souhaitez tout simplement l’augmenter pour pouvoir manger plus (manger, c’est la vie).

Respecter son sommeil

Alors, oui ça peut paraître banal mais c’est un fait. Votre corps a besoin de repos pour être prêt à vivre sa journée du mieux qu’il peut ! Vous ne pouvez pas lui demander d’être au sommet de sa forme si vous ne lui avez pas donné l’énergie nécessaire. Si nous reprenons l’image de notre voiture, son essence représentait votre alimentation et nous pouvons parler de sa batterie pour représenter votre sommeil ! On est d’accord, vous n’irez pas plus loin sans une batterie bien chargée (tcheu, cette métaphore s’adapte à tout, c’est fou).

Vous vous devez donc de donner à votre corps le repos dont il aura besoin pour être en forme et dépenser un maximum de calories.

Faire de la musculation

Alors… La musculation est votre meilleur allié pour augmenter votre métabolisme. Le muscle consomme beaucoup plus d’énergie et ce, à tout âge et peu importe votre sexe. En augmentant votre masse musculaire, vous augmentez votre dépense en calories. Vos muscles étant énergivores, ils vont se nourrir de vos calories et donc les éliminer.

De plus, plus vous prendrez en masse musculaire, plus vous brûlerez de calories au repos (pas besoin de se défoncer H24 à la salle ou à la maison). Oui oui, vous avez bien lu, vous éliminerez plus de calories SANS RIEN FAIRE (mais à condition tout de même de vous muscler hein).

La meilleure façon, à ce moment-là, est de privilégier de longues séances bien chargées, c’est-à-dire de privilégier des séries de 8 à 12 répétitions et recommencer 3 à 4 fois la série. Ceux qui font de toutes petites séries (5 à 8 répétitions) très chargées visent, eux, à travailler exclusivement leur force. Ce n’est pas ce que vous recherchez dans ce cas-ci, vous cherchez à augmenter votre masse musculaire pour augmenter votre métabolisme et vous affiner.

Privilégier de bons aliments

Certains aliments ont la capacité de booster votre métabolisme, c’est le cas de l’huile de coco et des oléagineux. Il s’agit d’aliments gras, oui vous ne rêvez pas (haaaa mais non, le gras fait grossir !). Je vous rassure tout de suite, il y a gras et gras.

Les lipides (le gras) sont un macronutriment ESSENTIEL pour votre corps. Bien évidemment, tous les gras ne sont pas pareils. Il y a de bons lipides et de mauvais lipides. Vous ne pouvez pas comparer l’huile de coco et vos frites pleines d’huile comme vous ne pouvez pas comparer non plus une poignée d’amandes et le burger bien gras que vous avez mangé au McDo l’autre soir.

Vous pouvez dès lors vous tourner vers l’huile de coco pour cuisiner à la place du beurre. Cependant n’éliminez pas l’huile d’olive ou l’huile de noix, elles sont bonnes pour votre équilibre nutritionnel. Pensez également à prendre de l’huile de coco vierge et non transformée et bourrée de conservateurs et autres compositions qui en détruisent son efficacité. Si vous choisissez un bon produit, l’huile augmentera votre combustion de graisses et augmentera donc votre métabolisme.

A côté de ça, certains oléagineux comme les graines de chia, graines de courge, amandes, pistaches, noix du brésil, etc. sont remplis de bonnes graisses végétales qui auront également un bon impact sur votre métabolisme. Cependant, veillez à prendre les produits les plus naturels possibles (on évite les noix de cajou ou autres grillées et salées !). Et on évite aussi d’en consommer de trop ! En effet, ce sont de bonnes graisses mais à consommer avec modération ! A peu près 30gr par jour sera suffisant (une poignée en guise de collation fera l’affaire).

Faire du HIIT

Le HIIT ou High-Intensity Interval Training se résume à un entraînement intense et fractionné. C’est une séance de sport qui va puiser dans votre endurance et va éliminer un max de calories ! Le concept est de vous donner A FOND pendant une certaine durée et d’ensuite récupérer pendant la même durée. Par exemple, vous allez faire une minute de jump-squat et ensuite une minute de repos.

Vous pouvez également faire une minute d’endurance à fond et ensuite redescendre le rythme pendant une minute où vous ferez un exercice de musculation au poids du corps (pompe, gainage,…). Le but est de faire monter un max votre cardio pendant une fraction de temps et d’ensuite le redescendre pendant la même fraction. Ainsi de suite jusqu’à faire une séance de 20 à 30 min, inutile de vous épuiser en faisant de trop longues séances.

Le HIIT va tellement taper dans votre dépense énergétique que cela va booster votre métabolisme au point de perdre plus de calories pendant une période allant jusqu’à 48h après votre séance de sport. Si vous vous lancez dans une routine sportive, n’hésitez pas à faire une à deux séance de HIIT par semaine APRES votre séance de musculation (par exemple). Ceci parce que le HIIT est tellement épuisant (si vous le faites le plus sérieusement possible) qu’il risquerait de vous empêcher d’aller jusqu’au bout de votre séance (et ça ce serait un peu bête).

Le principe du cheat meal

Vous avez très certainement déjà entendu parler du concept de « cheat meal » mais j’en reparle au cas où ce ne serait pas le cas (et il n’y a vraiment pas de mal à ça). Un cheat meal, c’est en fait le gros repas bien gras que vous vous octroyez pour le plaisir ! Le coup de canif dans l’alimentation saine qui fait tellement de bien au moral et aux papilles gustatives. Bon attention, votre cookie à l’heure du goûter, votre yaourt ou votre morceau de chocolat le soir devant la télévision ne constituent pas un cheat meal (à moins que vous ne vidiez la boîte en une fois…). Il s’agit ici d’un simple plaisir que vous pouvez vous permettre dans votre journée. Non non, en parlant de cheat meal, je parle de la grosse pizza bien grasse que vous vous commandez, le bon paquet de frites à l’huile que vous vous autorisez le vendredi soir, le restaurant que vous avez prévu pour l’anniversaire de Jean-Mich en fin de semaine ou encore la journée entre filles où vous allez faire péter les cocktails et les petits plats !

Alors le concept du cheat meal, c’est assez simple ! Il dit que vous pouvez vous permettre un cheat meal par semaine SANS culpabiliser (que dis-je ? vous DEVEZ !). Oui oui, vous devez vous autoriser ce genre de repas une fois par semaine ou une fois toute les deux semaines.

  • Pour quelles raisons ?

Premièrement, parce que ça fait fait du bien au moral. Oui, même si vous aimez manger sain, vous avez bel et bien un petit péché mignon tout gras ! Vous en priver ne servira à rien. Cela ne fera que vous frustrer et vous pousser à vous jeter à corps perdu sur une semaine de relâchement total où vous mangerez concrètement n’importe quoi.

Deuxièmement, parce que votre corps en a besoin. Toujours manger sain, c’est très bien. Ne jamais faire péter le cheat meal, ça l’est moins. N’oubliez pas l’intelligence de votre corps (vous vous rappelez le petit malin ?) ! Il va très gentiment s’habituer à votre façon de vous alimenter et se régulera en fonction. Alors lui envoyer une bonne dose de gras à certains moments, c’est un peu comme relancer la machine, c’est lui donner un electro choc. Il va se dire « Haaaa il y a du taf pour moi là ! » et cela lui permettra de rester réactif et de continuer à dépenser vos calories comme il se doit.

Prévoyez donc ce genre de repas par semaine pour votre plaisir et votre corps lui-même.

Conclusion

Alors pour mettre un terme à cet article, un petit récapitulatif pourrait être le bienvenu. Nous commençons par la base : VOTRE MÉTABOLISME DE BASE ET DE MAINTIEN. Allez donc sur un site tel que celui mis en lien plus haut dans l’article et regardez où vous vous situez. Ceci constituera un indice. Pour être plus précis, il faudrait aller voir un professionnel mais personnellement, je ne l’ai jamais fait.

Connaissant maintenant votre métabolisme en fonction de votre âge, votre taille, votre poids et vos activités, essayez de tourner autour pour stabiliser votre poids ! Cependant, ne vous focalisez pas dessus au point de vous peser tous les jours ! Ce serait la meilleure façon de vous miner le moral.

Effectivement, votre poids varie TOUS LES JOURS. Vous consommez des choses plus ou moins différentes selon les jours et selon vos envies et, à moins que vous ayez une balance impedancemetre, votre balance ne fait pas la différence. Vous pourriez peser plus lourd le lendemain d’un jour ou vous avez bu énormément d’eau. Vous perdrez le lendemain après quelques passages aux toilettes (et quelques longs pipiiii). Vous pourriez également peser un kilo de plus le lendemain d’un cheat meal et ce serait tout à fait normal. Votre poids se régulera de lui-même un ou deux jours après (à condition d’avoir une alimentation équilibrée). Pesez-vous une fois par semaine, le matin à jeun après avoir fait pipi. Ce sera déjà plus que suffisant.

Tournez autour de votre métabolisme et diminuez un si vous avez trop pris ou augmentez un peu si vous avez perdu. Le poids est exclusivement une question de calories : vous en consommez plus que ce que dépensez – vous prenez du poids, vous en consommez moins que vous n’en dépensez – vous perdez du poids, vous consommez à peu près autant que vous en dépensez, vous stabilisez.

Par la suite, à coups d’essais et d’erreurs, vous connaîtrez votre corps. Je suis personnellement au même poids depuis à peu près 2 ans. Je ne me pèse qu’une fois de temps en temps mais je reste dans la même fourchette.

J’attire également votre attention sur le fait que cela ne doit pas devenir une obsession quotidienne. Certains jours, vous depasserez votre métabolisme et d’autres vous serez en dessous… il s’agit à nouveau d’une question d’alimentation quotidienne et d’envies. Ne vous tracassez pas pour les irrégularités du moment que vous êtes réguliers en l’espace d’une semaine par exemple.

Pour ceux dont le métabolisme a quelques ratés suite aux régimes restrictifs et autres, stoppez la spirale. Ne vous dites pas que vous allez continuer à manger si peu. Là,ce sera le cercle vicieux assuré. Tentez plutôt d’augmenter votre métabolisme avec le sport, le HIIT, la musculation et privilégiez les aliments susceptibles de booster votre dépense énergétique.

Voila voila, c’est ici que je m’arrête ! N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire que ce soit pour une question ou pour papoter ! Vous pouvez également me retrouver sur Instagram, vous trouverez le lien dans la barre latérale !

Je vous embrasse

XX